◄  ◙  ► 

Arila Siegert

Ayant les origines dans la danse allemande des Wigman et Palucca, elle met aussi de nouveaux accents dans le théâtre de musique maintenant. Avec son sens de l'étendue et de mouvement elle donne de nouvelles impulsions aux chanteurs et cantatrices de l'opéra.

le libre sur Arila Siegert

Née proche de Dresde, Arila Siegert passa une formation de sept ans à l' école Palucca à Dresde. En sus de Palucca, Eva Winkler et Nina Ulanova étaient ses professeurs les plus importantes. En 1971, Tom Schilling l'engagea au théâtre de danse d'Opéra Comique de Berlin, où en 1976 elle est devenue soliste. En 1979, elle devient Première danseuse étoile à l'Opéra national de Dresde.

en "Hexe" (sorciere) d'apres Wigman  Figure humaine

En 1987, elle a fondé son théâtre de danse au Théâtre dramatique national de Dresde, et en 1992, elle a organisé un nouvel ensemble de théâtre de danse à Dessau. Depuis les dernières années de soixante-dix, elle a fait des tournées. Les représentations en tournée, les séjours culturels et les entrées en scène au festivals la menaient entre autres à l'Angleterre, la France, la Russie, l'Italie, l'Inde, l'Australie et aux les États-Unis.

Faure: Penelope  Les Paladins

En 1985, elle a présenté sa première soirée en solo sous le titre "Gesichte" (visions). "HerzSchläge" (coups sur le cœur) (1987), "Afectos humanos" (1989), une reconstruction des danses de Dore Hoyer, et les "Fluchtlinien" autobiographiques (rayons fugitifs) (1991), impulsés par des textes de Heiner Müller et avec des reconstructions des danses de Mary Wigman (Hexe/sorcière), suivaient.

Orpheus-Ballett (Henze-Berghaus)

En commun avec Ruth Berghaus elle travaillait au ballet "Orpheus" de Hans Werner Henze à Vienne en 1986 (ensemble avec Hans Dieter Schaal et Marie-Luise Strandt). En commun avec Peter Konwitschny elle mit en scène "Les sept péchés mortels" de Kurt Weill à Dresde en 1987.

Gogol, Wien  Fackelträger

En 1998, elle a fait la chorégraphie de sa première grande soirée de ballet: "Othello et Desdemona", représenté pour la première fois à l'Opéra Comique de Berlin, a tiré son origine sur la base d'un livret propre et est avec la musique par Gerald Humel († 2005).

Vec Makropulos

Le ballet "Undine" de Henze et la "Circe", de nouveau une représentation pour la première fois d'après la musique par Humel et avec les décors de Schaal, ont suivi (1993). En 1989, elle a fait la chorégraphie de "Setzt die Segel zur Sonne" (Mettez les voiles) de Stockhausen pour l'Opéra national de Vienne et, en 1992, "Medea Landschaften" (Paysages de Médée) d'après la musique par Sofia Gubaidulina pour le ballet de l'Opéra de Leipzig.

Offenbach: Les Contes de Hoffmann

En les quatre années comme directrice du théâtre de danse à Dessau, Le son jaune (d'après Kandinsky), "Le jeu Mahagonny Song" (Weill), "Le lied de la terre" (Mahler), le Requiem de Verdi et "Le sacre" (Strawinsky) se sont créés. En 1993, elle a été honoré par l'ordre mérite de l'Allemagne, et, en 1997, l' Académie des beaux arts Berlin l'a élue membre.

Eugen Onegin: Tatjana

En 1997/98, elle travaillait comme experte nommée pour la Bauhaus-Bühne Dessau. Trois soirées se sont formées là: "UrArt", "NachtTage" et "Stadtraeume - Einsamkeiten und Dinge" (Espaces urbaines - solitudes et affaires). Elle jumela la "Ursonate" (Sonate prototype) d'après un poème de sons de Kurt Schwitters, acquis à cette occasion à "Afectos humanos" pour une soirée en solo. Chaque fois Marie-Luise Strandt crayonnait les costumes, Hans Dieter Schaal donna les décors et le livret pour Espaces urbaines.

Lehar: Land des Laechelns

Ensemble ces deux, elle a aussi mis en scène son premier opéra, "Macbeth" par Verdi à Ulm en 1998 et "Titus" par Mozart en 2000. Au Festival de jeunes chanteurs à Rheinsberg près de Berlin elle a fait la répétition de "La voix humaine" par Poulenc (1999), et c'est ensemble Johannes Conen qu'elle s'etait occupée à une soirée double "Elektra-Dido" sur la musique de Cannabich et Holzbauer, des contemporains de Mozart, pour Schwetzingen-Mannheim.

"Les Paladins" (Rameau) en Dusseldorf

Ces deux derniers projets joignent la danse au théâtre de musique d'une nouvelle manière. Et mettant en scène la première allemande de "Maître et Margarita", un opéra de chambre du compositeur russe Sergej Slonimski après le roman célèbre de Michail Bulgakow pour l'EXPO 2000 à Hanovre (Pavillon Allemand dans la coproduction de Volkstheater Rostock), elle a essayé bien aussi un nouveau genre de combiner les arts ensemble Helge Leiberg et sa peinture "live" . C'est un nouveau point culminant de leur travail pour l'opéra.

Globokar: Armonia drammatica

La saison 2000/01 remit la danse contemporaine à l'honneur avec le projet pluri-disciplinaire, gesichte.ac,présentant une chorégraphie pour danseur seul, "Figure humaine", sur la composition de Helmut Lachenmann, Allegro sostenuto, l'intervention en direct de l'artiste-peinture Helge Leiberg et une adaptation de "La voix humaine", de Cocteau/Poulenc. Une commande du Théâtre d'Aix-la-Chapelle remarquée par le critique du quotidien national FAZ en ces termes: "avec cette création 'coup de poing', Siegert recouvre sa place au premièr rang des chorégraphes du "'Tanztheater'".

Mozart: Zauberfloete

Deux nouvelles mises en scène d'opéra marquent l'année 2002: "Aida" de Verdi (au théâtre de Rostock), ainsi que la création allemande de "Pénélope" de Gabriel Fauré à l'opéra de Chemnitz - tout deux dans les décors de Hans Dieter Schaal et les costumes de Marie-Luise Strandt. La sombre fin d'Antonio Vivaldi à Venise inspire l'opéra de chambre "Il prete rosso" de Mathias Husmann, une nouvelle création qu'elle met en scène à Ulm. En juin dernier, le théâtre de Bielefeld lui confie la création scénique de "L'armonia drammatica", œuvre de 1990 du compositeur Vinko Globokar, sur un texte de Edoardo Sanguineti.

Weber: Der Freischuetz

La saison 2002/03 l'avait abordet "Der Freischütz" de Carl Maria von Weber, occasion de renouveller, pour les décors, sa collaboration avec Hans Dieter Schaal. Les opéras en 2003/04 éteint: "Eugen Onegin" de Tchaïkovski, "Les contes d'Hoffmann" de Offenbach et "Orfeo ed Euridice" de Gluck.

Madama Butterfly

En 2004/05 avait mise en scène "Der zerbrochene Krug" (la cruche cassée) de Fritz Geißler après Kleist et "La flûte enchantée" de Mozart. Et en 2005/06 elle a perfectionnet sa "Flûte enchantée" pour Tartu (Estonie) et fait une nouveau mise en scène de "Land des Lächelns" (Le pays sourire) de Lehár à Dresde. Avec "Anatevka" a immergé dans le monde juif d'Europe de l'Est et a retournât au théâtre de danse avec une production à Dresde.

Rake im Puff

Sa premier Wagner elle a fait en 2007: "Der Fliegende Holländer". Les derniers productions sont: "Dido" (Purcell), "Alcina" (Händel), "Les Paladins" (Rameau), "The Passion of Jonathan Wade" (Floyd), "Don Giovanni" (Mozart), "la traviata" (Verdi), "l'incoronazione di Poppea".  "Gogol" (Lera Auerbach), "Romeo et Juliette" (Delius), "Il barbiere di Sevilla" (Rossini).

D'autres travaux sont: "Agrippina" (Händel), "Jenufa" (Janácek), "Madama Butterfly" (Puccini). Et en 2015: "The Rake's Progress" (Stravinsky), "Iphigénie en Tauride" (Gluck).

Arila Siegert vive à Berlin. Un aperçu de leurs productions peut être vu sous Produktionen, les représentations suivantes sous Termine.

Sa imprésario est: Theateragentur Marx, Ingrid Raffeiner, Munich.

Ici vous pouvez trouver toutes les remorques de vidéo sur YouTube

*

Un livre matière riche de son travail est maintenant publié: "Arila Siegert - Tänzerin Choreografin Regisseurin", edité par Regine Herrmann au nom de la 'Akademie der Künste Berlin' et avec un reportage photo par Jim Rakete. Berlin 2014, 240 pages, 20 €, ISBN-Nr.: 978-3-88331-167-8.